READING

Amener son lait infantile et ses biberons à la mat...

Amener son lait infantile et ses biberons à la maternité, c’est possible !

Dans un précédent article, je vous expliquais en long, en large et en travers notre chemin parcouru pour choisir le lait infantile qui accompagnerai notre petite fille.

Après avoir recherché un lait du commerce qui soit sans Taurine, sans Maltodextrine de Maïs, BIO, sans huile de Palme et trouvé le bon compromis avec notre « Primea » de BabyBio, nous étions prêts.

Enfin presque. Le temps était venu de préparer nos valises pour la maternité. C’est là que je réalise : Mais quel lait va-t-on me donner à la maternité ? Puisque il est écrit sur la liste de la maternité que des « nouricettes » sont fournies, de marques aléatoires pour n’en privilégier aucune (hôpital public).

Je pose la question à ma sage femme lors de la consultation suivante : Elle ne peut pas me répondre. Elle ne se souvient pas du dernier lait reçu pour l’hôpital, sans doute Galia me dit-elle, peu sure. Je lui parle de nos recherche et de notre choix, sa réaction ? « De la Taurine dans du lait infantile ?! n’importe quoi ! Faut pas psychoter comme ça mademoiselle hein ! ». Ok, j’ai compris, je ne trouverai pas d’oreille attentive ici !

Elle m’explique donc le fonctionnement « classique » : Dès la naissance (si la mère refuse ou ne peut allaiter), la maternité fournit des « nouricettes », de petits biberons en plastique déjà tout prêts pour nourrir bébé. Les marques sont relativement aléatoires. A la sortie, la marque donnée à l’hôpital devient le lait de bébé et on ne se pose de question pour le changer que si il y a des soucis de digestion par la suite. Elle m’explique également qu’un changement de lait c’est compliqué, c’est des problèmes, des pleurs, des nuits en l’air, du mal de ventre (bref, tu le vois le tableau pourri ?).

Sure de mon choix, je n’en démords pas, ma fille ne boira pas n’importe quoi sous prétexte qu’on me l’a fourni à l’hôpital et que je ne devrais pas me poser « trop de questions ». Donc je tourne et retourne le problème dans ma tête plusieurs nuits, en psychotant sur tout ce que m’a décrit la sage femme sur le changement de lait … Au bout de seulement 3 jours de vie, je vais devoir imposer ça à ma fille. Quelle mère indigne je fais ! C’est trop compliqué, tant pis on va laisser tomber … Alors où est la cohérence ? Je donne n’importe quoi à ma fille les 3 premiers jours de sa vie et après je lui donne ce que je crois le mieux ? Je ferme les yeux pendant 3 jours et puis on verra bien ? je suis obligée de passer par un changement de lait si je veux décider moi même ce que je vais lui donner et non pas le hasard de la maternité ?

Par hasard, j’aborde le sujet avec ma pharmacienne quelques jours plus tard. Elle me rassure grandement, par de simples paroles : Ici à la pharmacie, et les soignants aussi, on ne voit que des changements de lait difficiles sans doute parce qu’on change de lait quand les choses vont mal pour bébé … Donc c’est déjà dans une situation compliquée qu’il faut agir. Rassurez-vous tout devrait bien se passer ! Mais pourquoi vous ne pourriez pas amener le lait infantile que vous avez choisi à la maternité directement ? »

Bonne question Lucette ! Pourquoi je n’y ai pas pensé ! Je me renseigne sur le web, cherche des infos … Rien là dessus ! Ce sera pour la consultation suivante !

ça tombe bien, ma sage femme est malade, je rencontre sa remplaçante à la consultation suivante. Je lui raconte nos tourments. Beaucoup plus à l’écoute, sans en faire tout un monde, elle me répond : « pas de soucis, vous pouvez amener dès la naissance tout votre attirail  : le lait, les biberons, l’eau etc … ça c’est déjà vu, fait, il n’y a rien qui vous l’interdit, bien au contraire ! »
Je repars toute contente de cette réponse simple et claire, d’avoir rencontré une personne qui n’en fasse pas tout un foin de seulement se préoccuper un peu de ce qu’on donne à manger à nos enfants !

Passé le soulagement : l’organisation !
Je rajoute donc un sac dans le coffre de la voiture pour le Grand Départ : 1 bouteille d’eau (oui, par biberons de 30 ou 60ml, la bouteille d’1,5L te fait la semaine largement, pas la peine de partir avec un pack !), 1 boîte de lait (pareil, elle te tiendra très longtemps au début), 4 biberons en verre (on en reparle plus tard, du verre et du nombre), notre egoutte biberon , les dosettes de lait, le goupillon pour laver les biberons et le produit spécial pour nettoyer les biberons de lait.

La sage femme m’avait dit « oh lala si vous avez envie de vous retrouver avec 30m3 supplémentaires de valises, ben oui allez-y, venez avec tout votre truc … » (bonne humeur, bonjour !) Au final, nous avons tout rentré dans le sac à langer de notre fille et ça ne prenait aucune place de plus.

Comment ça c’est passé, en vrai, ensuite ?

Plutôt très bien !

Une fois Aubane née, elle a très vite réclamé en salle de naissance. La puéricultrice de garde est partie chercher son chariot pour la préparer, l’a collé à mon lit, m’a enlevé Aubane et lui a fait ses soins et l’a habillée tout contre nous.

Avant d’accoucher, au moment de s’installer pour pousser elle nous avait demandé la petite poche avec les vêtements d’Aubane pour les préparer. Nous avions fait 2 petites pochettes plastiques (sac à zip IKEA transparents) en Naissance et en 1 mois, nous avons donné le 1 mois.

Elle nous a ensuite dit « je vais vous chercher un biberon de lait » … Non, pas besoin, nous avons avec nous nos biberons et notre lait (nous avions donc pris le sac à langer avec tout ce qu’il fallait dedans en salle de naissance en plus du sac pour la salle de naissance) !
Un peu surprise elle nous a dit qu’elle allait « demander la permission de nous laisser faire à sa cadre de santé, pour des questions de responsabilité en cas de mauvaise stérilisation etc … » C’est un peu dur à entendre et à digérer quand tu viens de passer 14h à accoucher de ta fille, je t’assure. Elle est revenue en s’excusant, sa cadre de santé lui a dit qu’il n’y avait aucun soucis, que ça se faisait souvent.

Cédric a donc pu préparer son tout premier biberon de 30ml et il lui a donné en suivant (moi, trop occupée à tomber dans les pommes pour le coup avec une tension à 6 !).

Ca c’est ensuite très bien passé pendant le séjour (bon ok, 2 jours, j’ai accouché mardi matin et nous sommes sortis jeudi midi). Nous étions un petit peu « bêtes de foires », mais c’était drôle ! Le personnel soignant rentrait dans notre chambre en disant « ah c’est vous la famille avec votre lait ?! » … oui oui … on avait l’impression d’être venus avec nos chèvres et de les traire sur le palier !
Certains ont discuté avec nous du « pourquoi ? » et ce fut très intéressant. La puéricultrice nous a dit « mais non ! de l’huile de Palme et de la taurine dans le lait ??? Je vais voir les nouricettes bougez pas ! » elle est revenue avec une des nouricette et a tout détaillé avec nous en hallucinant « mais enfin pourquoi on le dit pas ? » …. là est toute la question !

Nous avons eu quelques commentaires relou, du genre « oh lala vous vous compliquez la vie hein ! vous pouviez pas profiter et vous reposer ici ? » Oh ben il me semble qu’entre jeudi 12h20 à la mater et jeudi 15h20 chez moi y a pas beaucoup de différence, et que je vais bien devoir m’y mettre un jour à les faire et les laver moi même les biberons ! Alors autant s’y mettre de suite ! Cédric était ravi en plus de pouvoir faire ses premiers biberons sous l’oeil de la puer !

Moi j’ai du attendre le deuxième jour pour la nourrir, je ne pouvais quasiment pas bouger. Cédric a ainsi eu l’exclusivité des premiers biberons et il a adoré. Il a aussi fait tous les premiers soins, ceux que l’on fait avec la puéricultrice, ce qui lui a grandement donné confiance en lui pour la suite. Si j’avais fait moi, les premiers soins avec la puéricultrice à côté, il n’aurait peut-être eu autant confiance en lui (et moi non plus) par la suite, et beaucoup plus peur de « mal faire ». Bref, c’était vraiment chouette, parfaitement comme on voulait le vivre et Aubane va très bien.

La suite ?

Elle n’a jamais changé de lait, n’a jamais eu un mal de ventre, pas de soucis de digestion, pas un soir à hurler, pas de coliques. Rien. Elle a pris 16cm en 5 mois et presque 4kg. C’est un bébé qui va très bien, a fait ses nuits à 18 jours, ne se réveille jamais la nuit. Nous (Cédric) avons cassé 3 biberons en tout en 5 mois, à chaque fois vides ! Nous n’avons stérilisé les biberons que la première fois avant utilisation, depuis uniquement les tétines 1 fois ou 2.

Voilà pour notre expérience ! J’espère encore une fois, qu’elle vous encouragera à vous poser toutes les questions que vous voulez, que vous ne laisserez personne vous dire « ne te pose pas trop de questions » et à vous écouter ! Suivez vos instincts, ils sont bons !

 

M.

 

 

 

 

 


  1. […] d’eau, si vous avez décidé de ne pas allaiter ou ne pouvez pas et que vous souhaitez amener votre lait choisi dès la maternité. N’oubliez pas de le signaler à l’équipe avant d’être dans le rush ! Sachez […]

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *